Armée de terre américaine : près d’un million d’heures de vol pour les drones utilisés en Afghanistan et en Irak

Par Franck Znaty (fz@sldinfo.com)

UAS

Credit: UAV Roadmap 2005-2030, U.S. Department of Defense, p.5

Alors que le million d’heures de vol de drones (UAS pour « Unmanned Aircraft Systems ») américains déployés en mission en Afghanistan et en Irak va bientôt être franchi – en ce qui concerne l’aviation de l’armée de terre dans son ensemble, les heures de vol se chiffrent à 3,5 millions sur ces deux terrains d’opérations -, le directeur du Centre d’Excellence des drones aériens de l’Armée de terre américaine basé à Fort Ruck en Alabam, le Colonel Christopher Carlile soulignait début janvier dans le cadre d’un symposium organisé par l’association de l’armée de terre américaine (AUSA pour Association of the United States Army) l’apport « sans précédent » de ces aéronefs dans les missions de renseignement, surveillance et reconnaissance (ISR). Il a ainsi rappelé ce «vieil adage selon lequel ‘la science et la science fiction ne sont séparées que par le temps’, et ce temps c’est maintenant: nous y sommes

OPERATEURS AU SOL (credit: UAV Roadmap..., p.194)

OPERATEURS AU SOL (credit: UAV Roadmap..., p.194)

Si, lors de leurs débuts dans les années quatrevingt-dix, certains dans l’armée parlaient des drones comme « des maquettes d’avions », celles-ci assurent près de 80% des frappes réussies : le Colonel Carlile anticipe en conséquence une montée en puissance des programmes UAS pour faire face à une demande croissante. Il est ainsi prévu cette année de former deux mille opérateurs de drones, qui seront à leur tour chargés d’assurer les opérations de soutien des troupes au sol.

Il existe trois types de drones aériens utilisés par l’armée de terre américaine :

  • le Raven, qui mesure 0,91cm et qui assure des missions de soutien pour de nombreuses unités, niveau unités et bataillons;
  • le Shadow, qui mesure 3,35 mètres sur 4,26 mètres et vient en soutien des opérations de niveau brigades ;
  • Enfin, le plus sophistiqué des trois, l’Extended Range Multi-Purpose System, dont l’envergure est de 17 mètres et qui est utilisé dans des opérations à l’échelle des divisions.

Ces systèmes, explique le Colonel Carlile, non seulement sauvent des vies, mais permettent aux soldats d’être plus performants dans le suivi des cibles ennemis. Ainsi, les soldats peuvent facilement transporter et utiliser des aéronefs, tels que le Raven, dont le poids est inférieur à 2,5 kg, pour effectuer un travail de reconnaissance de localisation de troupes ennemies, alors qu’ils devaient le faire autrefois au milieu d’une fusillade ou lorsqu’un tir lance-roquette leur parvenait.

Les troupes aux sols ont ainsi accès à des informations – telles que par exemple la présence de forces ennemies au sein de la population civile ou l’existence d’embuscades – qui leur parviennent en temps réel et s’avèrent cruciales au bon déroulement des opérations.

C’est également l’avis du sous-secrétaire à la défense William Lynn , pour lequel la dominance des Etats-Unis en matière conventionnelle « a poussé nos ennemis à explorer d’autres pistes pour mieux nous contrer », tels que les engins explosifs improvisés (EEI), une des armes principales des Talibans en Afghanistan. Grâce aux drones, il est possible de pister et d’identifier les activités des insurgés, tels que l’emplacement de ces EEI: « grâce à un investissement significatif dans les capacités de renseignement, de surveillance et de reconnaissance, nos commandants au sol peuvent maintenant recevoir l’information en quelques minutes plutôt qu’en quelques heures. »

Cependant, peu nombreux sont les responsables militaires qui anticipent un scénario où les drones prendraient totalement la place des avions pilotés. Une flotte mixte est prônée, dans la mesure où il est prouvé que des résultats exponentiels sont obtenus en matière de soutien au sol, lorsque drones et avions classiques fonctionnent en synergie : « Ces deux composantes s’associent remarquablement bien ensemble, et c’est cela qui nous permet d’être efficace», conclut le Colonel Carlile.

***

Sources et références :

[1] US Demand for UAVs Rising Due to ‘Unprecedented Capability’, IDGA, 26 janvier 2010.

[2] Unmanned Aircraft Program Grows to Support Demand, U.S Department of Defense, 8 janvier 2010 (cité sur: www.defenceaerospace.com)

[3] Army aviation logs 3.5 million flight hours in Afghanistan, Iraq, AUSA, 2/1/2010.

[4] Voir aussi comme référence utile le rapport du Pentagone réalisé en 2005 : Unmanned Aircrafts Systems Roadmap 2005-2030