About the Author BREVE SLD


Uncategorized

Allocution de Monsieur Jean-Yves Le Drian à l’occasion du baptême de l’A400M “Ville d’Orléans”

Source : http://www.defense.gouv.fr

Je voudrais avant tout partager avec vous l’expérience que nous venons de vivre. Décoller de Séville, de l’un des sites majeurs de l’industrie de défense européenne, pour atterrir sur la base d’Orléans, au cœur de nos forces aériennes, est une expérience exceptionnelle.

Dans le plaisir que j’ai d’être avec vous aujourd’hui, et au-delà de ce vol inaugural, je suis bien conscient de vivre un événement comme il s’en produit peu, dans un mandat de ministre de la défense. Il faut remonter à treize ans, en 2000, pour voir l’Armée de l’Air accueillir un avion entièrement nouveau. C’était alors le Rafale. Aujourd’hui, c’est l’A400M qui fait son entrée dans nos forces aériennes, pour concourir au succès des armes de la France.

Dans ce magnifique avion, il y a un triple symbole.

C’est le symbole, d’abord, d’un projet européen réussi dans le domaine de la coopération militaire et industrielle. Ce projet n’a pas toujours été facile ; mais toujours, la volonté des Etats partenaires et la détermination des industriels a permis de surmonter les difficultés techniques qui ont pu se présenter. La France, qui a été l’un des moteurs les plus ardents de ce projet, est donc particulièrement fière d’en prendre livraison la première.

C’est un avion symbolique, aussi parce qu’il marque l’entrée dans les forces d’un appareil de nouvelle génération, qui va accroître de manière considérable les capacités de projection de notre action de défense. En cela, il s’inscrit parfaitement dans la dynamique du nouveau livre blanc sur la défense et la sécurité nationale, qui souligne, à juste titre, notre besoin en aéromobilité. Ce besoin, nous y répondons de la manière la plus forte avec cet avion.

Avec l’A400M, nous pourrons désormais franchir 8 700 km sans escale. Nous disposerons de 340 m3 de volume de soute, c’est-à-dire deux fois plus qu’un C130-Hercules. Nous pourrons emporter une charge près de quatre fois supérieure à celle d’un Transall, tout en étant deux fois plus rapide. L’enjeu, ici c’est la dilatation de notre espace stratégique. Avec cette capacité de transporter davantage, plus loin et plus vite, nous renforçons le lien entre le territoire métropolitain et ses antipodes, où nous pourrions intervenir demain.

L’A400M est un avion symbolique, enfin, pour les hommes et les femmes de l’Armée de l’Air, et plus particulièrement pour la communauté des « transporteurs » que je suis heureux de saluer à travers vous aujourd’hui.

Read more 0 Comments
Uncategorized

In Memoriam

Éloge funèbre, prononcé le vendredi 30 août à Lyon par le général Bruno Dary, lors des obsèques du commandant Hélie Denoix de Saint-Marc


“Mon commandant, mon ancien, Ils sont là, ils sont tous présents, qu’ils soient vivants ou disparus, oubliés de l’histoire ou célèbres, croyants, agnostiques ou incroyants, souffrant ou en pleine santé, jeunes soldats ou anciens combattants, civils ou militaires, ils sont tous présents, si ce n’est pas avec leur corps, c’est par leur coeur ou par leur âme ! Tous ceux qui, un jour, ont croisé votre chemin, ou ont fait avec vous une partie de votre route ou plutôt de votre incroyable destinée, sont regroupés autour de vous : les lycéens de Bordeaux, les résistants du réseau Jade-Amicol, les déportés du camp de Langenstein, vos frères d’armes, vos légionnaires que vous avez menés au combat, ceux qui sont morts dans l’anonymat de la jungle ou l’indifférence du pays, les enfants de Talung que vous avez dû laisser derrière vous, les harkis abandonnés puis livrés aux mains du FLN ! Je n’oublie pas vos parents et votre famille, qui ont partagé vos joies et vos épreuves ; il faut ajouter à cette longue liste, les jeunes générations, qui n’ont connu, ni la Guerre de 40, ni l’Indochine, pas plus que l’Algérie, mais qui ont dévoré vos livres, qui vous ont écouté et que vous avez marqués profondément ! Cette liste ne serait pas complète, si n’était pas évoquée la longue cohorte des prisonniers, des déchus, des petits et des sans-grades, les inconnus de l’histoire et des médias, ceux que vous avez croisés, écoutés, respectés, défendus, compris et aimés et dont vous avez été l’avocat. Eux tous s’adressent à vous aujourd’hui, à travers ces quelques mots et, comme nous en étions convenus la dernière fois que nous nous sommes vus et embrassés chez vous, je ne servirai que d’interprète, à la fois fidèle, concis et surtout sobre.

Read more 0 Comments
Uncategorized

Les provinces du Sud

6 mai 2013 – L’analyse du…

Général (2S) Alain Faupin

Article paru le 4 avril 2013 dans le quotidien francophone marocain Le Matin et reproduit ci-dessous avec l’autorisation de leurs auteurs

Entre terrorisme et développement

Pour qu’il y ait développement il faut de la stabilité

Nul n’a jamais su prévoir le devenir des territoires privés d’un magistère politique et des ressources économiques et humaines nécessaires pour le légitimer. Les terres marginales, celles qui se trouvent aux confins du monde développé et soumises aux aléas climatiques extrêmes sont celles qui causent, ont toujours causé et causeront toujours les plus grands désordres dans l’humanité.

La gestation, la manifestation et le règlement des conflits révèlent l’état réel des parties en cause. C’est par rapport à eux que s’établissent de nouvelles politiques, de nouvelles normes, voire une nouvelle façon de penser, quel qu’en soit le dénouement.

Pour un dirigeant politique, ce qui devrait compter avant tout, c’est le bien-être des populations qui l’ont porté ou maintenu au pouvoir. Si le peuple vit mal, c’est au développement de ses conditions d’existence que l’homme d’État doit s’attacher envers et contre tout. Mais, pour qu’il y ait développement, il faut de la stabilité pour l’instaurer et le rendre durable. La sécurité est donc ce que doit rechercher avant tout un responsable politique confronté à une obligation de développement. La sécurité par les armes n’est pas durable ; la sécurité par une paix internationalement garantie l’est.

L’environnement géostratégique

Ce qui précède pourrait être la conclusion générale d’un chapitre sur le développement. Mais, appliqué au cas des Provinces du Sud du Maroc, c’est une introduction, car ces quelques phrases définissent le cadre à la fois très contraint et très vaste de la situation actuelle.

Faut-il revenir à l’histoire de ces territoires, à leur légitimité contestée par une partie, fondée pour l’autre ? Ce n’est pas ici le sujet car le Maroc, une fois pour toutes, après de nombreuses ouvertures, a décidé de s’en remettre au jugement des populations locales, par référendum – le plus démocratique et le moins contestable des procédés – sous contrôle international : celui de l’ONU.

Read more 0 Comments
planification et sortie de crise

Mali et Géorgie

20-iii-2013 – Vu sur le Web
” (…) A défaut de pouvoir intégrer l’Alliance Atlantique, le nouveau gouvernement géorgien pourrait en effet voir dans la PeSDC (la politique européenne de sécurité et défense commune) une étape intermédiaire propre à rassurer sa propre population de l’ancrage dans l’Union européenne, sans risque de fâcher l’ombrageux voisin russe. L’opération au Mali a, en effet, reçu plus que l’assentiment de Moscou (…).”

Read more 0 Comments
Uncategorized

Mali: les points durs

20-iii-2013 – L’analyse du…

Général (2s) Alain FAUPIN

Il reste de très gros points durs sur lesquels notre engagement politico-militaire au Mali risque de buter.

1. Les otages.
Il ne s’agit pas d’un point mineur politiquement parlant; les otages sont aujourd’hui sciemment ignorés: priorité aux résultats militaires. Or l’expérience a montré que l’action armée, donc l’intransigeance ne donnait pas de meilleurs résultats que la négociation.Non qu’il faille préconiser le laxisme pour autant… D’autant, et la récente expérience camerounaise le montre, que des mouvances djihadistes voisines peuvent se charger d’en faire de nouveaux.
2. La sécurisation de l’arrière par la MISMA, une coalition de forces armées provenant de plusieurs Etats de la CEDEAO.

Cette étape bute déjà sur le financement et l’on peut émettre des doutes sur la capacité des Africains à ce stade de générer un état-major interallié et de se répartir les postes de commandement.
3. Le Mali n’est toujours pas un Etat de droit.
Le fait que le capitaine SANOGO soit toujours là et doté de fonctions liées à la défense est une menace en lui-même. C’est une condition sine qua non que nous aurions dû imposer au chef d’état malien avant d’intervenir que de nous remettre ce capitaine félon qui n’a fait que plonger ce pays dans l’anarchie et la défaite.
4. L’autonomie des touaregs de l’Azaouad et le règlement de la question du Sahara occidental, réservoir inépuisable de jeunes djihadistes et un lieu de transit d’innombrables trafics entre l’Océan Atlantique et la Méditerranée.
Quand on voit l’énorme effort concédé par le Maroc pour la mise en valeur de ces territoires avec le but, internationalement reconnu, d’améliorer les conditions de vie et de développement des populations locales, on ne peut rester insensible à ces territoires non encore tout à fait sécurisés, du moins du côté algérien. Cette absence de règlement est directement préjudiciable aux opérations en cours au Sahel, contigu de ces territoires parcourus par les R’guibat Saheli et Sahraoui. Or le Polisario, création d’Alger pour faire pièce en son temps au Maroc et tenter de s’ouvrir une façade sur l’Atlantique, s’est distingué aux côtés de Kaddhafi en Libye et depuis en rapatriant au Sahara des tonnes d’armes et des personnels expérimentés qui, depuis, se sont …retournés contre les forces de sécurité algériennes. Le boomerang, en quelque sorte.
5. Le dernier écueil est celui du budget.
Combien de temps serons-nous capables, sans une collaboration financière extérieure de l’une des organisations internationales auxquelles nous appartenons, UE, OTAN, ONU, de fonctionner dans les deux domaines, militaire et politico militaire, au Sahel?

Il est certain , en tout état de cause, que la France fait là une démonstration très brillante de ses capacités et de sa grande proximité avec l’Afrique, la vraie. (…)

Read more 0 Comments
Uncategorized

Ariane & Mars

20-iii-2013 – Nouvelle publication
“L’ouvrage du Commissaire Capitaine Romain Petit est une excellente introduction à la Guyane.  (…) Sans tabous, l’auteur y traite de l’histoire,de la politique, du rôle des syndicats, du port spatial européen et des enjeux de défense.”

Read more 0 Comments