Crédits photos © EMA / ECPAD (Militaires français en opération en Centrafrique)

Six mois de travaux, 10 déplacements pour rencontrer les militaires français déployés du Mali à Djibouti en passant par la Centrafrique. Les parlementaires Gwendal Rouillard et Yves Fromion ont présenté cette semaine leur rapport sur l’évaluation du dispositif militaire en Afrique et le suivi des opération en cours. On peut revoir cette présentation dans la vidéo ci-dessous.

Ce rapport intervient alors que le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, doit signer la semaine prochaine un accord de coopération avec les autorités maliennes. L’armée française a du quant à elle retarder la réorganisation de son dispositif dans la bande sahélo-sahélienne.

Les parlementaires se félicitent du travail accompli par les soldats français en Afrique, que ce soit au Mali, au Niger, au Tchad ou encore en Centrafrique, mais ils se font surtout l’écho de l’inquiétude générale qui couve dans les rangs depuis quelques temps. « On ne pourra pas laisser longtemps le potentiel en matière d’équipement et de matériel se déliter » a affirmé un d’entre eux.

Ils ont estimé par ailleurs que les conditions n’étaient pas réunies pour amorcer un retrait aussi bien au Mali qu’en Centrafrique. Concernant la réorganisation du dispositif militaire français en Afrique, ils tirent même la sonnette d’alarme concernant la déflation des effectifs prévue à Djibouti où 1900 hommes sont toujours déployés en permanence. Leurs effectifs devraient baisser de 1000 personnels dans le cadre de ce processus. « On a l’impression que Djibouti est la variable d’ajustement de ce dispositif », ont-ils estimé.

Encore aujourd’hui, 350 militaires français sont basés à Dakar, 900 à Libreville, 1900 à Djibouti, 950 au Tchad, 450 en Côte-d’Ivoire, 745 à Abu Dhabi. En moyenne, 320 personnels sont déployés dans le cadre de la mission Corymbe dans le Golfe de Guinée. Chaque année, ce prépositionnement des forces militaires françaises en Afrique coûte un peu moins d’un milliard d’euros. Par ailleurs, 1900 militaires français vivent à Mayotte et à La Réunion.

Le rapport et la vidéo de présentation ci-dessous :