Posts tagged OTAN


http://www.un.org/apps/newsFr/storyF.asp?NewsID=24823&Cr=Libye&Cr1=

Libye : une analyse américaine

Par Dr Richard  Weitz

26/04/2011 – Au sujet de la crise libyenne, un aspect largement positif à été occulté par les difficultés qu’ont rencontré ensuite les démocraties à soutenir les insurgés: le succès de l’Occident à s’assurer un soutien suffisant de la Chine et de la Russie afin d’éviter un différend international majeur à propos de l’intervention militaire de l’ONU.

Après quelques hésitations, fin février 2011, la Chine et la Russie ont suivi les autres membres du Conseil de sécurité sur le vote de sanctions – gel des avoirs, interdiction de voyager, et embargo sur les armes – au gouvernement libyen de Mouammar Kadhafi. La résolution, prise à la suite de répressions violentes des manifestations pacifiques, a été parrainée par les Britanniques et les Français, et a entraîné la Cour pénale internationale (CPI) à conduire une enquête pour savoir si des crimes de guerre avaient été commis.

La Chine et la Russie, qui ont d’abord bloqué les propositions au sein du Conseil de sécurité de l’ONU pour imposer une zone d’exclusion aérienne au-dessus de la Libye, se sont ensuite abstenus lors du vote crucial autorisant l’utilisation de la force pour protéger les civils contre les exactions de leur gouvernement. Suivi dans ce choix de vote par le Brésil, l’Inde, et même l’Allemagne -un membre de l’OTAN- la résolution a néanmoins été adoptée car elle a reçu plus que les neuf votes positifs nécessaires sans veto des cinq membres permanents.

Comme toutes les résolutions du Conseil de sécurité, la résolution 1973 du CS de l’ONU qui autorise la création d’une zone d’exclusion aérienne au dessus de la Libye et le bombardement de cibles au sol, a laissé une marge considérable d’interprétation. La résolution interdit clairement aux avions libyens de voler dans l’espace aérien de la Libye à moins que le comité des sanctions du Conseil de sécurité ne l’approuve. Elle gèle aussi les avoirs des sociétés pétrolières libyennes et de la Banque centrale du pays. La résolution autorise également les membres de l’ONU « à prendre toutes les mesures nécessaires […] pour protéger les civils et les zones peuplées de civils sous la menace d’une attaque par la Jamahiriya arabo-libyenne, y compris Benghazi, tout en excluant une force d’occupation .»

Read more 0 Comments

Premières leçons des opérations en Libye

Par le Général Jean-Patrick Gaviard et Olivier Zajec

07/04/2011 – Trois semaines après le début de l’intervention en Libye, il est intéressant de tenter de décoder de deux événements majeurs dans la conduite de cette opération:

  • L’intervention de l’armée de l’air française, dès le 19 mars, en soutien direct de l’action politique,
  • Le passage ensuite du commandement de l’opération à l’OTAN.

Revenir sur les frappes du 19 mars dernier, c’est tout d’abord comprendre la notion de tempo opérationnel, c’est-à-dire le rythme d’une pulsation politico-militaire que les qualités propres à la puissance aérienne (réversibilité, réactivité, allonge) permettent d’articuler de manière séquencée.

La partition se joue ici en moins de 7 heures, le 19 mars:

  • A 11h du matin. Alors que le Groupe aéronaval monte en puissance à Toulon, quatre Rafale décollent de la base de Saint-Dizier, en configuration de défense  aérienne ; ils sont accompagnés d’avions ravitailleurs de la base d’Istres et d’un AWACS de la base d’Avord.
  • A 12h30, à l’Elysée, le Président de la République donne le branle à une réunion internationale sur la Libye qui suit la résolution 1973 obtenue deux jours plutôt à New York.
  • A 13h, les quatre Rafale arrivent sur zone et patrouillent pour assurer la mission d’exclusion aérienne au dessus de Benghazi, tout en apparaissant sur les chaînes de télévision du monde entier.
  • A 14h, deux Rafale et deux Mirage 2000D en configuration d’attaque au sol décollent respectivement des bases de Mont de Marsan et de Nancy.
  • A 17h, les avions français détruisent des véhicules blindés kadhafistes aux abords de Benghazi, rompant l’encerclement de la capitale de la Cyrénaïque. Une demi-heure plus tard, sortant de la réunion internationale, le Président français peut communiquer sur sa décision et les premiers résultats qui en découlent.


Read more 0 Comments