Soutien des forces : la vente aux enchères inversée au service des procédures d’acquisition américaines

Par Murielle Delaporte


La toute première vente aux enchères “inversée” concernait le dispositif de séquencement de l’éjection des sièges éjectables de l’aéronavale américaine, pour lequel cette mise en concurrence un peu particulière avait à l’époque (en 2001) entraîné une économie de 38% (crédit photo : armée de l’air canadienne, www.environmentalgraffiti.com)


07/12/2011 – L’organisme gouvernemental américain chargé de la logistique et du soutien des troupes, la DLA pour « Defense Logistics Agency », s’est mis à l’heure de la rentabilité économique avec la réforme des bases – laquelle remonte à 2005 (la « BRAC » pour « Base Realignment And Closure ») – en adoptant les meilleures pratiques du monde commercial et en raisonnant par rapport aux troupes comme un Walmart ou Fedex le fait par rapport à sa clientèle commerciale. Mais la DLA, contrainte de rationaliser son fonctionnement et de faire des économies tous azimuts, a également développé ses propres solutions pour faire baisser les prix de façon efficace. C’est ainsi que depuis 2009, une nouvelle procédure d’acquisition consiste à mettre en concurrence les différents fournisseurs de la DLA par le biais de ventes aux enchères électroniques inversées.


La vente aux enchères inversée façon DLA (source : DLA, 2011)

Le procédé est simple, en ce sens qu’une offre est effectuée en ligne et est proposée au meilleur offrant, qui peut intervenir en permanence pour gagner un marché assez substantiel en continuant à baisser les prix. Les résultats parlent d’eux-mêmes puisqu’en moyenne 20 à 25% du coût d’acquisition a été économisé, soit un total de 3, 5 million de dollars, d’après le directeur de programme de cette initiative, Charles Howerton [1].  Mais attention, tout produit ne se prête pas forcément à ce type de marchandage. Pour que l’opération réussisse, il convient de réunir au moins deux conditions :

(1) Côté DLA, il faut que les termes du contrat soient extrêmement simples ;

    (2) Côté fournisseurs, il faut que le secteur d’activité s’avère concurrentiel.



      TENTES D'HOPITAUX DE CAMPAGNE FOURNIES PAR LA DLA TROOP SUPPORT (SOURCE: DLA)


      Cela va donc marcher pour des produits standards que l’on trouve aisément sur étagère, lesquels constituent de facto 98% des achats de la division de la DLA ayant mis en œuvre cette pratique, à savoir la branche s’occupant du soutien homme et du soutien santé. Il s’agit de la « DLA Troop Support », laquelle contrôle donc quatre chaînes d’approvisionnements :

      – les produits médicaux

      – l’alimentation

      – les vêtements et le textile en général

      – les matériaux et équipements de construction.



      Cette initiative vient en fait du commandant en second de cette division, Deputy Commander Richard Ellis, lequel avait lancé un processus similaire au sein de la marine américaine en 2001 en commençant par une pièce de siège éjectable, en l’occurrence le dispositif de séquencement de l’éjection pour lequel cette mise en concurrence un peu particulière avait à l’époque entraîné une économie de 38%. Au sein de la DLA, le gain maximum obtenu par cette procédure virtuelle a atteint 65% du coût d’acquisition traditionnellement réalisé …



      [1] Cité dans : Jonathan Stack, Going Once, Going Twice… Bought By DLA, Loglines, Defense Logistics Agency, novembre-décembre 2011, page 4.